Jolis Poèmes Pour Un Deuil





  1. Sur l'échelle, je voudrais monter...

    Pas tout en haut, mais un peu quand même,
    Pas bien longtemps, mais juste assez,
    Pour m'assurer que tu es bien arrivé.

    Je voudrais tendre le cou,
    Pour voir si ta nouvelle vie te plait,
    Me persuader que tu es bien entouré,
    Mais surtout que la vie est meilleure ici.

    J'observerais tous ces êtres partis d'en bas,
    Bien trop tôt,
    M'émerveillerais de leurs ailes qui ont poussé,
    Depuis qu'ils sont là-haut.

    Je voudrais monter sur cette échelle,
    Te serrer une dernière fois,
    Que tu me dises, dans un battement d'aile,
    Continues.... je te veille
    Je suis près de toi..




Quand La Mort


Quand la mort s'empare de l'âme
Quand la maladie a gagné son combat
Quand l'âme s'envole vers sa dernière demeure
Qu'il est doux que son amour soit là
Quand le corps ne peut plus,
Quand l'esprit n'en veut plus,
Quand le cœur rend ses armes
Qu'il est doux que son amour soit là !
Et l'âme apaisée prend alors son envol,
Tel un précieux souffle au-delà des terres,
Parce que toute douleur a disparu,
Parce que la paix est revenue.
Laissons partir ces âmes
Qui ont enfin trouvé le repos.
Laissons-les retrouver ces airs
Qu'ils ont tant attendus.
Et la lumière les habite,
A jamais épanouie.
Telles des étoiles lumineuses
Au firmament de nos vies.
Va ! Belle âme reposée,
Toi qui est enfin apaisée,
Délivrée de toute souffrance,
Vole sans résistance.
Veille sur les tiens,
Regarde-les vivre
Apaise leur chagrin
Fais leur un petit signe !




Vivre et croire 

C’est aussi accepter que la vie contienne la mort 

Et que la mort contient la vie. 

 

C’est savoir, au plus profond de soi, 

Qu’en fait, rien ne meurt jamais. 

 

Il n’y a pas de mort, 

Il n’y a que des métamorphoses.

 

Tu ne nous a pas quittés 

Mais tu t’en es allé au pays de la Vie, 

Là où les fleurs 

Plus jamais ne se fanent, 

Là où le temps 

Ne sait plus rien de nous.

 

Ignorant les rides et les soirs, 

Là où c’est toujours matin, 

Là où c’est toujours serein.

 

Tu as quitté nos ombres, 

Nos souffrances et nos peines. 

 

Tu as pris de l’avance 

Au pays de la Vie. 

 

Je fleurirai mon cœur 

En souvenir de toi, 

Là où tu vis en moi, 

Là où je vis pour toi. 

 

Et je vivrai deux fois… 

 

 

Père André Marie



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire