Josette Gallou-Jouet Ses Poèmes





 Je viens de découvrir  les poèmes de Josette Gallo-Jouet qui sont plus beaux les uns que les autres à lire absolument !!!



Au cœur de la vieillesse

Regards perdus dans le néant
D’une longue vie de tourments,
Plongés dans leur solitude
Ne sont que béatitude.
Rien d’autre que turpitudes
Pour le marché des pilules,
Nos vieux ne sont plus qu’absence,
Nul n’écoute leurs sentiments.
Et pourtant, ils rient, ils pleurent
S’émerveillent d’une chanson
S’accrochent à nos attentions,
Et pourtant, l’amour dans le cœur
Est là, sans âge, ni ride
Car jamais le cœur ne vieillit.
Josette Gallou-Jouet
Le 17 aout 2017





L’amour champêtre
Je voudrais être ce coquelicot
D’un rouge embrasé
S’offrant le temps d’un baiser
Au rayonnant bouton d’or.
A la fois légère et hautaine
S’effeuillant dans le souffle du vent
Je voudrais être cette marguerite
Enlaçant fièrement  le doux bleuet.
Je voudrais être ta prairie
Je voudrais être tes couleurs
Je voudrais être ce chêne
A la fière allure
Et à l’élégance d’une reine
T’offrir ma parure, comme une peinture
Dans ce ciel d’azur.
Je voudrais être les rayons du soleil
Donnant à l’arc-en-ciel
Ses couleurs après la pluie.
Je voudrais être ta prairie
Je voudrais être tes couleurs
Je voudrais être cet herbage
Coloré d’autant de ramages
Aux couleurs odorantes
Et aux senteurs de miel,
T’offrir cet océan sans rivage
Déferlant  de vagues ondulantes,
Guider sans grief tes mains dans mon corsage
Te dévoilant, subtile, tous mes reliefs.
Je voudrais être ta prairie
Je voudrais être tes couleurs
Je voudrais être ce ruisseau clapotant
Au milieu de cet océan
Et succombant à la caresse du vent
Dans cette houle d’herbes
Je voudrais être près de toi.
Boire ton regard à la source de tes yeux
Boire ton sourire à  la source de ta bouche,
Frissonner d’émoi
Je voudrais être ta prairie
Je voudrais être tes couleurs
M’enivrant des parfums fleuris,
M’amusant de la sauterelle effrontée,
M’aveuglant du ciel azuré,
M’étourdissant du merle moqueur,
De l’abeille qui butine
Et du ruisselant clapotis
Je voudrais être pour toi
Seulement et sensuellement moi.
Je voudrais être ta prairie
Je voudrais être tes couleurs.
Pour le frisson
Pour la sensation
Pour le désir
Pour le plaisir
Pour l’indicible
Pour l’irrésistible
Pour l’exultation
Pour l’exception.
Josette Gallou-Jouet – Aout 2016




J’ai tant bercé tes chagrins
Et câliné tes matins
Tant caressé tes colères
Calmé tes fièvres
Et rassuré ton sommeil.

Tant de nuits en éveil
Et tant de fierté dans mon cœur
Pour chacun de tes anniversaires.
Tant de bonheur
Que te voir grandir avec ton frère.

Et puis ainsi va la vie
Mes petits garçons ont grandi,
Ont lâché ma main
Pour suivre leur chemin
Construire leur destin
Comme des hommes en devenir.

Et si mon cœur de maman
D’amour s’est rempli à l’infini
Et si mon cœur de maman
De fierté s’est comblé pour la vie,
J’ai oublié sans doute de te le dire,
Une maman est aussi une femme.

Tu as mal de mes choix
Et tu n’acceptes pas ma décision.
Tu refuses de me voir
T’imposant punition
Comme défi d’orgueil.

Je voudrais que tu saches mon fils
Que ta douleur est mienne,
J’aimerai tant apaiser ta peine.
Je voudrais que tu le saches mon fils
Jamais l’amour d’une mère ne s’épuise.
Je voudrais que tu saches mon fils
Que le jour où ton cœur s’ouvrira
Le mien grand ouvert te recevra.

Pour toi mon fils
Ces quelques rimes
Comme le cri ultime
D’une maman si triste
De ne ressembler qu’à un souvenir.

Pour toi mon fils
Et pour ton frère aussi
Pour les souvenirs si forts qui nous unissent,
Pour l’amour de mes enfants,
Jamais je ne cesserai d’être maman.

Josette Gallou-Jouet
Le 3 aout 2017




On dit que plus rien ne va
Que le monde s’en va
Qu’il n’y a plus d’espoir
Pour nos livres d’histoire
Qui ont tant clamé nos gloires.

On dit que la Terre
Traverse une tempête
Qui met le monde à la renverse
Sous le feu des guerres
Et dans la détresse de la misère.

On dit que le monde
Se perd dans un tourbillon
Qui donne le frisson.
Pourtant c’est au fil des saisons
Que naissent les plus belles chansons.

On dit que la vie est une haute voltige
Qui donne le vertige.
Pourquoi ne pas se dire
Tant qu’il y a la vie
Il y a l’amour à l’infini.

On dit que les hommes ont perdu l’envie.
Mais pouvoir encore partager et donner,
Pouvoir encore écouter et chanter,
Et surtout pouvoir encore aimer et s’embrasser
Que c’est beau, c’est beau la vie !!

Je voudrais être pour tous les peuples,
Je voudrais être ce miroir
A l’image de l’espoir,
Que nous cessions d’être aveugles
Car si nous le voulons, nous pouvons voir.

Je voudrais que mon amie la plume
A l’encre indélébile
Comme un tatouage sur la lune
Le dessine et le signe
Cet amour universel, comme un symbole.

Je voudrais que tous les hommes
A l’unisson s’en souviennent
En regardant le ciel,
Aussi longtemps que la terre tournera
L’amour existera, l’amour continuera
Que c’est beau la vie !

Josette Gallou-Jouet
Le 10 mai 2017

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire