Toussaint Poèmes Sur La Mort


Et oui bientôt la Toussaint et qui dit Toussaint dit Mort ..
Voici quelques poèmes sur le thème de la mort ,dont la lecture nous apaise un peu note chagrin





Maintenant que je suis parti, laissez-moi aller
Même s’il me restait encore des choses à voir et à faire.
Ma route ne s’arrête pas ici.
Ne vous attachez pas à moi à travers vos larmes.
Soyez heureux de toutes les années passées ensemble.
Je vous ai donné mon amour, Et vous pouvez seulement deviner combien de bonheur vous m’avez apporté. Je vous remercie pour l’amour que vous m’avez témoigné Mais il est temps maintenant que je poursuite ma route. Pleurez-moi quelques temps, si pleurer il vous faut. Et ensuite, laissez votre peine se transformer en joie Car c’est pour un moment seulement que nous nous séparons Bénissez donc les souvenirs qui sont dans votre cœur. Je ne serai pas très loin, car la vie se poursuit Si vous avez besoin de moi, appelez-moi, je viendrai Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher. Je serai près de vous. Et si vous écoutez avec votre cœur, Vous percevrez tout mon amour autour de vous dans sa douceur et sa clarté. Et puis, quand vous viendrez à votre tour par ici, Je vous accueillerai avec le sourire Et je vous dirai: « bienvenue chez nous».
Poème Hawaïen

Vivre et croire
C’est aussi accepter que la vie contienne la mort
Et que la mort contient la vie.
C’est savoir au plus profond de soi,
Qu’n fait rien ne meurt jamais
Il n’y a pas de mort
Il n’y a que des métamorphoses.
Tu ne nous as pas quittés
Mais tu t’en es allé au pays de la Vie
Là où les fleurs, plus jamais ne se fanent
Là où le temps
Ne sait plus rien de nous
Ignorant les rides et les soirs
Là où c’est toujours le matin
Là où c’est toujours serein.
Tu as quitté nos ombres
Nos souffrances et nos peines
Tu as pris de l’avance
Au pays de la Vie je fleurirais mon cœur en souvenir de Toi
Là où tu vis en moi
Là où je vis pour Toi
Et je vivrais deux fois.
André Marie de Croixrault

Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse de l’horizon
Quelqu’un à mes côtés dit :Il est parti
Parti ?
Vers où ?
Parti de mon regard c’est tout !
Son mât est toujours aussi haut
La coque a toujours la force de porter sa ch&arge humaine
Sa disparition totale de ma vue est en moi pas en lui
Et juste au moment où quelqu’un près de moi me dit :Il est parti
Il y en a d’autres qui,
Le voyant poindre à l’horizon et venir vers eux s’exclament
« Le Voilà »
C’est la mort
William Blake

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire